Iconomie

Icône

Les faits de société à travers le prisme de l'économie…

L’importance du contexte

Ce matin, dans l’émission «Les Grandes Gueules» (RMC Info), le débat portait encore et toujours sur la fiscalité française. La fiscalité, nerf de la guerre n’est-ce pas ?

Le problème était le suivant : comment inciter les entreprises à embaucher plus dans ces temps de crise ?

Etrangement, il semblait se dessiner un consensus parmi les intervenants (politiques et économistes, de gauche comme de droite) qui proposaient de taxer le capital davantage que le travail, afin que les entreprises soient contraintes d’embaucher plutôt que de placer ou d’acheter du capital…

La proposition est tout à fait logique. En effet, lorsqu’une entreprise fait face à un avenir favorable, elle voit de nouvelles opportunités de profit et décide de produire plus. Pour produire, elle doit faire le choix entre acheter du capital ou du travail supplémentaire. Si le travail est moins coûteux, elle est incitée à embaucher.

Simple n’est-ce pas ? Mais revenons à la raison qui entraine l’embauche : les opportunités futures. Ainsi cette politique serait tout à fait efficace si l’avenir s’annonçait radieux, sans risque pour les entreprises. Autrement dit, si les perspectives de croissance étaient bonnes.

Que se passe-t-il si la croissance s’annonce faible ? Les entreprises ne voudront pas produire plus, en effet, pour qui produiraient-elles ?

Dans ce cas, taxer davantage le capital rendra simplement la production plus coûteuse, mais n’entraînera jamais d’embauche. Comment favoriser l’emploi lorsque les perspectives de croissance sont mauvaises ?

Et bien, certainement pas en augmentant les coûts dans les entreprises, mais plutôt en les réduisant ! Plus précisément en réduisant le coût du travail dans les entreprises, c’est-à-dire en réduisant les cotisations patronales (cette fameuse part supplémentaire payée par l’entreprise avant que le salarié récupère sa paie).

En réduisant cette cotisation, l’entreprise peut alors embaucher à un coût moindre, et tenter de produire plus même si les opportunités son faibles.

Cela conduit à une conclusion en forme d’alerte pour les hommes politiques : il y a toujours plusieurs solutions pour résoudre un problème général, à vous de choisir celle qui convient à la situation actuelle…

Publicités

Classé dans:Soyons clairs !, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Billets précédents

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 7 autres abonnés

Partagez les articles que vous aimez!

http://www.wikio.fr

Encore un site d’économie ?

Les économistes sont restés dans leur tour d’ivoire depuis trop longtemps, au point qu’aujourd’hui ils sont accusés de tous les maux et ne trouvent plus de place pour s’expliquer. Trop abstraite, trop complexe, incapable d’expliquer les phénomènes actuels, voilà la conception qu’a l’individu lambda de l’économie. Ce blog a pour but de réconcilier cette discipline simple, vivante et intuitive avec ceux qui s’interrogent sur les problèmes que posent nos économies globalisées. Ici, pas de mathématiques, pas de grands discours ni de suites incompréhensibles de statistiques. Nous ramenons l’économie dans la réalité qu’elle n’aurait jamais du quitter…
%d blogueurs aiment cette page :