Iconomie

Icône

Les faits de société à travers le prisme de l'économie…

FME, plan de secours et loi de Gresham…

Il y a quelques mois, plusieurs économistes proposaient la création d’un Fonds Monétaire Européen (FME) dont la mission serait d’encadrer, de contrôler et d’accompagner les dépenses des Etats Membres. Aujourd’hui, nous assistons à la création d’une coopération entre l’UE et le FMI pour mettre en place un « plan de secours » qui soutiendrait les Etats Membres en difficulté.

Qu’on l’appelle FME ou plan de secours, le système est le même ; une forme d’assurance pour les Etats dont la mauvaise gestion a entrainé une perte de crédibilité sur les marchés financiers. Et lorsqu’on parle d’assurance, l’économiste a toujours un mot à dire. Il rappelle que l’assurance donne lieu à un problème d’aléa moral.

L’aléa moral, c’est le fait qu’une fois assuré, on ne supporte plus totalement le risque qu’on prend. Ainsi, le conducteur qui s’assure fera moins attention à sa voiture, le propriétaire d’un objet assuré sera incité à prendre moins de précaution lorsqu’il l’utilise. Les assureurs ont trouvé une parade, en utilisant un système de bonus-malus et en distinguant les catégories d’individus selon leur comportement plus ou moins risqué (primes différentes selon les classes d’âge, l’état de santé, et proposition de différents contrats d’assurance).

Cependant, lorsqu’on « assure » un pays, de tels mécanismes d’incitation sont plus difficiles à mettre en œuvre (c’est toute la problématique de l’élaboration d’un plan de rigueur pour la Grèce en contrepartie d’une aide). En effet, il faut tenir compte de la réponse des marchés à l’annonce d’un tel plan et de ce fait, il est souvent nécessaire d’assurer l’Etat quoiqu’il arrive, c’est-à-dire, même s’il ne respecte pas ses engagements (après tout, quel pays respecte même le Pacte de Stabilité ?)

Le mécanisme d’assurance ne fonctionne donc pas parfaitement, laissant une grande marge de manœuvre aux Etats dans la gestion future de leur dette et de leurs politiques économiques. Fort de ce constat, nous pouvons nous risquer à une prévision quant à l’avenir des  Etats de l’UE. Il y a fort à parier qu’on retrouve un phénomène bien connu des économistes : la Loi de Gresham.

Cette loi explique que lorsque deux monnaies (or et argent) circule sur le même territoire, la monnaie la plus faible, la plus risquée (historiquement l’argent) chasse la bonne (l’or). La raison est simple : les individus préfèrent conserver la monnaie dont la valeur s’apprécie dans le temps (celle qui a le plus grand pouvoir d’achat) et utilisent alors la mauvaise monnaie pour leurs transactions courantes, gardant à l’esprit qu’il vaut mieux avoir de l’or pour l’échanger plus tard en argent, puisque la valeur de l’or sera de plus en plus grande.

Cette réaction naturelle des individus va donc conduire à un abandon d’une monnaie stable (la stabilité est nécessaire pour que les entrepreneurs osent investir) et une utilisation d’une monnaie risquée.

Quel lien avec l’UE dans laquelle une seule monnaie circule ? Et bien on pourrait dire que la loi réapparaît d’une nouvelle manière, quelque peu inattendue.

En assurant les « mauvais Etats », ces derniers sont incités à conserver une mauvaise gestion au détriment des Etat rigoureux qui paieront le laxisme des premiers. Ainsi, l’ensemble des Etats va être incité à agir avec laxisme puisqu’il existe une assurance d’une part, et qu’il faut éviter d’être le bon qui paie pour les mauvais d’autre part…

Ici, la loi de Gresham pourrait donc être résumer de la manière suivante : ce n’est pas la mauvaise monnaie qui chasse la bonne, c’est la mauvaise gestion des Etats qui chasse la bonne !

Deux conclusions peuvent être tirées de ce constat : premièrement, si l’on veut « aider » les Etats Membres en difficulté, il faut accepter d’avoir un contrôle de plus en plus centralisé au niveau européen, c’est-à-dire un abandon de ce qu’il reste de souveraineté nationale. Deuxièmement, l’adoption d’une monnaie unique n’a pas réglé les problèmes monétaires en Europe, elle a simplement déplacé le problème du plan monétaire au plan budgétaire. En d’autres termes, « chasser le marché par la porte, il revient par la fenêtre »…

Publicités

Classé dans:Ce qu’on ne voit pas…, , , ,

2 Responses

  1. […] En fait, elle ne fait que réagir au piège dans lequel se trouve l’Allemagne actuellement (voir Nouvelle Loi de Gresham). Enfin, il n’est pas impossible qu’elle prenne un certain plaisir à remettre les cigales à […]

  2. […] Mais la vie reprenant nécessairement, les agents économiques reconstituent dans la mesure de leurs moyens et petit à petit des encaisses monétaires, généralement en devises étrangères. On peut même voir resurgir des monnaies privées ou communautaires jusqu’à ce que “la bonne monnaie chasse la mauvaise”, selon la loi inverse de Gresham. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Billets précédents

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 7 autres abonnés

Partagez les articles que vous aimez!

http://www.wikio.fr

Encore un site d’économie ?

Les économistes sont restés dans leur tour d’ivoire depuis trop longtemps, au point qu’aujourd’hui ils sont accusés de tous les maux et ne trouvent plus de place pour s’expliquer. Trop abstraite, trop complexe, incapable d’expliquer les phénomènes actuels, voilà la conception qu’a l’individu lambda de l’économie. Ce blog a pour but de réconcilier cette discipline simple, vivante et intuitive avec ceux qui s’interrogent sur les problèmes que posent nos économies globalisées. Ici, pas de mathématiques, pas de grands discours ni de suites incompréhensibles de statistiques. Nous ramenons l’économie dans la réalité qu’elle n’aurait jamais du quitter…
%d blogueurs aiment cette page :