Iconomie

Icône

Les faits de société à travers le prisme de l'économie…

When I’m Sixty Four!

When I get older, losing my haïr, many years from now,

Will you still be paying me my sweet pensions

Or should I fear Great Depression…

Voilà les paroles qu’on pourrait entendre aujourd’hui à propos des retraites. Le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) a rendu la semaine dernière un rapport estimant que même un allongement de la durée du travail à 63 ans et des cotisations à 45 ans ne réduiraient que de moitié le trou creusé par les retraites !

Alors on a ressorti le fameux concept de la boîte à idées ; tout le monde est invité à trouver de nouvelles solutions. Etrangement pourtant, les propositions ne sont que cosmétiques et ne règlent en rien le problème de fond.

Petit tour d’horizon des mesures avancées par les politiques.

  • Augmenter encore les cotisations dans les entreprises. Excellente idée n’est-ce pas ? Ce serait parfait si les cotisations n’augmentaient pas le coût du travail et donc le chômage dans un pays où la croissance est faible…
  • Augmenter les taxes sur les plus riches alors ? Tant qu’à faire… Après tout, ils ont fait leur richesse grâce aux dépenses de l’Etat (éducation, sécurité, services publics en tout genre…) selon Mr Mélanchon. Mais ici encore, on oublie les conséquences d’une augmentation de la fiscalité sur les plus riches ! D’abord une incitation plus forte à quitter un pays qui les empêche de jouir des profits résultants de leur prise de risque et de leur apport aux consommateurs et donc à la société en générale. Puis une baisse de l’incitation à travailler… Et oui, les riches sont qualifiés de riches en économie dès lors que le travail est pour eux un bien suffisamment abondant pour être mis en concurrence avec les loisirs. Ils sont riches parce qu’ils peuvent choisir de réduire leur nombre d’heures travaillées pour augmenter leur temps de loisir, tout en pouvant consommer suffisamment pour survivre ! Si on taxe davantage ces gens là, ils travailleront moins ; comme bien souvent ils sont à la tête d’entreprises, ils réduiront l’activité de plusieurs individus, conséquence : plus de chômage et moins de croissance…

Décidément, ces solutions ne seront pas efficaces et peut-être serait-il temps de s’intéresser au vrai problème : comment un système par répartition peut-il fonctionner lorsque les croissances démographique et économique sont faibles ?

Publicités

Classé dans:Soyons clairs !, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Billets précédents

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 9 autres abonnés

Partagez les articles que vous aimez!

http://www.wikio.fr

Encore un site d’économie ?

Les économistes sont restés dans leur tour d’ivoire depuis trop longtemps, au point qu’aujourd’hui ils sont accusés de tous les maux et ne trouvent plus de place pour s’expliquer. Trop abstraite, trop complexe, incapable d’expliquer les phénomènes actuels, voilà la conception qu’a l’individu lambda de l’économie. Ce blog a pour but de réconcilier cette discipline simple, vivante et intuitive avec ceux qui s’interrogent sur les problèmes que posent nos économies globalisées. Ici, pas de mathématiques, pas de grands discours ni de suites incompréhensibles de statistiques. Nous ramenons l’économie dans la réalité qu’elle n’aurait jamais du quitter…
%d blogueurs aiment cette page :